Printemps / Été

Pour le printemps-été 2020, ce sont les multifacettes d’Athènes qui donnent le ton de la collection qui s’attarde pour la première fois sur une ville Européenne.

Matrice du monde occidental, la cité grecque est aussi indissociable des Jeux Olympiques, dont on retrouve des références sur une série de motifs imprimés d’anneaux olympiques, lanceurs de disques et rubans sur des pièces en soie.

L’Astrologie et le Zodiaque s’invitent sur un imprimé jacquard, incarné par celui qu’Anthony Alvarez aime appeler le «Garçon du village» de la collection.

La palette chromatique de bleu ubiquiste donne aux silhouettes un air iodé, inspiré par les sports nautiques et le vestiaire marin.

Si la grandeur mythologique de l’Antiquité a inspiré la collection, la crise contemporaine, similaire à celle de Détroit qui avait inspiré la précédente collection est omniprésente.

C’est ainsique plusieurs pièces sont infusées d’une touche d’ironie à travers une série facétieuse d’impressions carte postale et de slogans «Austerity» auréolés de boutons en forme de pièces de monnaie symbole de la finance toute puissante.


Un séisme dont les dernières magnitudes laissent place au renouveau et à un bouillonnement culturel inédit assuré par la jeunesse athénienne, qu’Anthony Alvarez fantasme dans les palais ou l’Acropole, en raveurs modernes avides de liberté.

______________________________

Spring / Summer

The city of Athens and its many faces set the tone for Spring/Summer 2020, a collection that highlights a European city for the first time. A matrix for the Western world, the Greek city is indissociably linked to the Olympic Games, referenced on the runway in a series of motifs including the Olympic rings, athletes throwing the discus and ribbons, on pieces crafted from silk.

Astrology and the Zodiac feature on a jacquard print, embodied by a character Anthony Alvarez calls “the village boy” of the collection. The ubiquitous blue color palette gives the looks a seaside air inspired by water sports and seafaring style.


If the great myths of Ancient Greece inspired the collection, the contemporary crisis in the
country – similar to that of Detroit, the inspiration for the previous collection is omnipresent.


Selected pieces are infused with a touch of irony, through a cheeky series of prints of postcards emblazoned with austerity slogans ringed with coin buttons, symbolizing all-powerful finance.

It references a cultural earthquake whose most recent tremors have carved out room for renewal and a new and vibrant cultural surge amongst young people in Athens, who Anthony Alvarez places in palaces or the Acropolis, as modern ravers hungry for liberty.

Subscribe to our newsletter.

x